• Bras cassés
Bras cassés

Bras cassés

«Une attaque à main armée se passe dans une sorte de brouillard, enfin pour ce qui me concerne. Tout autour tout semble comme ralenti et les bruits comme atténués. Alors que, au contraire, en vous, c'est la grande accélération, on entend son coeur battre, le sang couler dans ses veines. Tous vos gestes semblent plus rapides, plus condensés, on a chaud, les mains transpirent dans les gants en caoutchouc. On sort de la bagnole, on fait les premiers pas, la destinée semble s'accélérer. À quelques mètres on ne voit que la porte d'entrée. On aimerait trouver une raison pour ne pas y aller. Le coeur se serre en repensant furtivement aux derniers bras de femme qui nous ont aimé, notre esprit se met en position de foetus. [...]» Si un jour on me juge pour ce crime, tout un cérémonial sera mis en place, des années d'instruction, deux jours d'assises où je serai sans doute traité de dangereux-criminel-professionnel. Quel est le cinéaste abruti qui a pu faire croire à tous que braquer pouvait être une profession ? Même les voyous ont fini par le croire.» Jean Chauma vit et travaille en France. Il connaît bien les milieux qu'il décrit dans ce roman. Voir la suite

  • 2940146500

  • Antipodes

  • Trait Noir