• Cornélie mère des Gracques
Cornélie mère des Gracques

Cornélie mère des Gracques

Créée à la Comédie-Française en 1703, Cornélie, mère des Gracques, deuxième tragédie de Marie Anne Barbier, la femme dra maturge la plus importante du dernier tiers du règne de Louis XIV, est une pièce remarquable par la nouveauté de son sujet, car jamais auparavant la lutte des Gracques contre le Sénat romain n'avait été portée à la scène. En érigeant la célèbre mère des tribuns en héroïne éloquente qui dénonce l'iniquité des Grands et se bat pour les droits du peuple, Marie-Anne Barbier politise de façon audacieuse une des "femmes illustres" les plus exemplaires de l'Antiquité. Fidèle aux conventions du genre, ce drame politique et "cornélien" est en même temps une pathétique tragédie amoureuse, centrée sur un couple de jeunes amants – le fils de Cornélie et la fille du consul Opimius – que séparent le devoir familial et un destin impénétrable. Pour dramatiser et infléchir le récit de Plutarque (médiatisé en l'occurrence par un texte apocryphe de Saint-Réal), Marie-Anne Barbier n'hésite pas à "réécrire" certains chefs-d'œuvre de Corneille et de Racine, nous entraînant ainsi dans un jeu d'échos caractéristique de la tragédie post-racinienne. Le texte de Cornélie, mère des Gracques est ici accompagné d'une riche annotation historique et intertextuelle et précédé d'une introduction substantielle sur la vie et l'œuvre de Marie Anne Barbier. En appendice sont donnés une bibliographie ainsi qu'un choix de documents sur sa réception au XVIIIe siècle. Voir la suite

  • 2908728400

  • Soc.litteratures Classiques

  • Textes Rares Du Xviiie Siecle, numéro 26