• Rosie ou le goût du cidre
Rosie ou le goût du cidre

Rosie ou le goût du cidre

« Le thème de ce livre (une enfance à la campagne) était, dans sa banalité, redoutable à traiter. On attend au coin du b ois l'odeur des foins, la moisson, la pêche aux écrevisses et autres fariboles certainement enchanteresses, mais qui font bâiller aux corneilles. Rien de tout cela dans ce récit d'une pureté de ton et de langue prodigieuse : une langue qui reste de bout en bout, comme celle de Colette, le parler naturel d'un poète. Hors de nos frontières, deux livres seuls, pour tout dire, accèdent à ce miracle. Vingt ans de jeunesse de Maurice O'Sullivan, qui raconte une enfance irlandaise dans les Blaskets et que Dylan Thomas comparait « à l'oeuf tout frais pondu d'un oiseau de mer », et, sur un autre registre, Vertes demeures de W. H. Hudson, dont Conrad disait « qu'il écrivait comme l'herbe pousse » - compliment qui pourrait fort bien s'adresser à Laurie Lee en la présente occurrence ». PATRICK REUMAUX Remise au jour d'un classique de la littérature vagabonde : une enfance - miséreuse et pourtant heureuse - dans une famille de ploucs de l'Angleterre des années 30, qui cultivent la marginalité comme un des beaux-arts. Publié en 1991 en traduction française, Rosie ou le goût du cidre avait été classé par la rédaction de LIRE parmi « les 20 meilleurs livres de l'année ». Voir la suite

  • 2859408959

  • Phebus

  • Libretto

  • Libretto